Stop aux régimes et oui à l’équilibre alimentaire

L’obésité en France touche 15 % des adultes et 3.5 % des enfants, sans compter les 32 % des adultes et 14.5 % des enfants qui sont en surpoids… Au final c’est donc une grande partie de la population qui souffre de problèmes de poids qui peuvent augmenter le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète, mais également de difficultés psycho-sociales… Pas facile d’être trop rond dans nos sociétés modernes. Il y a donc urgence à améliorer la prise en charge et la prévention de l’obésité en France. C’est dans ce cadre que la HAS publie cette semaine ses recommandations.

Obesité en France : les recommandations de la HAS sur les régimes.

Après la publications de recommandations sur la chirurgie de l’obésité, la HAS (Haute Autorité de Santé) vient de faire paraitre ses recommandations sur la prise en charge de l’obésité en France. Conseils aux professionnels de la santé, bonnes pratiques, et livrets pour les médecins et les patients… Enfin une position officielle. La voici en quelques points :

- Calculer l’IMC (indice de masse corporelle) pour tous les patients, et ce quel que soit l’âge de ceux-ci. En cas d’IMC confirmant le surpoids ou l’obésité, il conviendra alors de poursuivre par l’examen du tour de taille afin de vérifier s’il y a matière à intervenir ou pas.

- Changer les habitudes alimentaires sur le long terme plutot que de chercher la perte de poids à tout prix !

Nous sommes là face à une vraie révolution.

L’urgence n’est plus de faire maigrir rapidement, peu importe la solution. Il faut au contraire tenter, par une éducation thérapeutique, de modifier les habitudes des patients, et assurer un suivi durant au moins deux ans.

Pas de discours culpabilisant, ou stigmatisant !

Les objectifs sont fixés clairement :

Chez les adultes : en cas de surpoids, on cherche avant tout à ne pas aggraver la situation et donc à ne pas prendre de poids supplémentaire, et si le tour de taille est très élevé, à le faire diminuer. En cas d’obésité, on commence par stabiliser le poids durablement, ensuite, et seulement ensuite, on vise une perte de poids modeste allant juqu’à 15 %. Dans le même temps, on traite les douleurs et autres pathologies du patient.

Chez l’enfant et l’adolescent on cherche avant tout à améliorer la condition physique, mentale et sociale, et on tente de ralentir la progression de la courbe de corpulence…

Pour parvenir à tout cela 3 axes :

- La HAS nous dit pas de régime, mais un accompagnement diététique. Pour faire simple, on n’est plus au régime, mais on modifie ses habitudes alimentaire… En fait, ce que la HAS veut faire passer comme message, c’est que le régime hyper restrictif est un échec annoncé, et que ce qu’il faut, c’est manger de tout en quantité raisonnable…

- Le second axe est très intéressant puisqu’il s’agit d’activité physique et pas seulement de sport. L’objectif 2h30 d’activité physique par semaine pour les adultes, et une heure par jour pour les enfants… Les jeux, la marche, les promenades, le vélo, le ménage, tout cela ce sont des activités physiques, c’est donc accessible à tout le monde.

- La HAS recommande un accompagnement psychologique soit par le médecin généraliste, soit pas un spécialiste.

Enfin, l’ HAS rappelle qu’il est urgent de se passer de médicaments pour maigrir !

Au final, de très bonnes idées, mais qui risquent fort de ne rien changer…

Quid des moyens ? Comment va faire le médecin généraliste pour accorder à ses patients le temps nécessaire, à faire de l’éducation thérapeutique ? A qui une maman élevant seule ses deux enfants et travaillant va-t-elle confier ses chérubins pour pratiquer une activité physique tous les jours, en sachant qu’elle quitte la maison à 7h30, et qu’elle rentre à 19 h.

C'est pour cela que le Bluefit club prend tout son sens, fort de notre expérience et de notre professionnalisme, nous pouvons vous accompagner dans votre démarche (Coach sportif, conseils diététiques approfondis et sophrologie).

N'hésitez pas à nous faire confiance*

 

*On se dirige peut-être vers la fin des régimes très restrictifs et la vente de produits amaigrissants ne servant à rien d’autre qu’à faire maigrir vos économies !